Actualités

« La fête est finie ? » Chronique Patrimoine / ECO Savoie Mont Blanc – Janvier 2020

Lire l’article en pdf

Après une année 2019 quasi-historique sur les marchés financiers, les investisseurs pourraient être tiraillés entre deux forces : celle de se laisser porter par le courant positif en espérant qu’il perdure ou crier au loup (pour se replier, mais où ?) en redoutant un ralentissement économique mondial. Notre analyse…

LE VERRE À MOITIÉ VIDE

Il y a les pessimistes. Parmi eux, les investisseurs institutionnels interrogés par Natixis* dans le cadre d’une enquête internationale menée auprès de 500 fonds de pension privés,  compagnies d’assurances et autres fonds souverains qui, pour la plupart, anticipent une crise financière mondiale dans les cinq prochaines années. De quoi sérieusement plomber l’ambiance. Au premier plan de leurs préoccupations figurent la volatilité des marchés, l’environnement de taux historiquement bas ou encore les niveaux de dettes publiques abyssales qui menaceraient les marchés à court terme. Environnement complexe, nous le concédons volontiers. Mais autant dire que cette noirceur tient probablement, pour large part, au mal qu’ils auront à déployer de nouvelles stratégies et faire preuve d’imagination pour construire leur portefeuille en 2020, tant les bases de replis sont étroites du fait de leur attachement atavique aux standards “benchmarkés” érigés en dogmes des gestions traditionnelles…

… OU À MOITIÉ PLEIN

Sous réserve d’une habileté à manier l’art du contre-pied, l’issue sera certainement de se rallier à une gestion agile et opportuniste pour tirer parti des mouvements de marché et accepter de prendre du risque maîtrisé. Nous défendons cette “dynamique des opportunités” nécessitant d’être mobile, flexible et sélectif dans ses choix d’allocation et capable de trouver les niches encore chargées de valeur où investir. Pour simple illustration, la thématique des devises devra plus que jamais être considérée comme classe d’actifs à part entière et non plus comme simple corollaire “subi” d’une diversification internationale. Elle continuera à être sans conteste un gisement de création de valeur largement différenciant sous réserve d’être à même pour le capter de déployer cette expertise que très peu de gérants savent manier avec brio, l’immense majorité s’en détournant en utilisant sans discernement une couverture systématique coûteuse et souvent inutile de leurs expositions en devises quand ils ne font pas le choix d’en négliger l’impact.

Autant dire que les choix des équipes 2020 seront plus que jamais discriminants pour demeurer investis. Une option à notre sens crédible au regard de quelques facteurs de soutien qui pourraient permettre aux marchés financiers de continuer à progresser avec plus de tempérance : la confirmation des premières bases d’un accord commercial entre la Chine et les États-Unis, un accord de Brexit, des banques centrales toujours prêtes à intervenir et favorables au maintien d’une politique monétaire accommodante…

ALTERNATIVES ?

Planche de salut évoquée par les investisseurs institutionnels pour atteindre leurs objectifs à long terme : le Private Equity**. Si cela sonne comme une découverte, en partie grâce à la loi Pacte, il n’en est rien ! Nous sommes en effet convaincus depuis plus de dix ans déjà de la valeur ajoutée de cette classe d’actifs qui assure, sous condition d’en accepter la liquidité relative et de s’accorder du temps, des fonctions essentielles dans une stratégie patrimoniale : diversification, décorrélation et création de valeur.

Mais la planche de salut pourrait très vite se transformer en planche à savon sous la pression d’un flux excessif de capitaux alloués sans grand discernement dans un marché étroit et peu liquide, négligeant la question pourtant essentielle de la sélection drastique et de la gouvernance active des participations. Le réveil risque d’être douloureux et les désillusions nombreuses. Faut-il rappeler les piteuses performances quasi-exhaustives des anciens FCPI ou FIP… Là aussi, les choix seront complexes et nécessiteux d’expertises pointues ! Ainsi, et parce que les marchés financiers dansent sur un volcan, la diversification devra être le leitmotiv des investisseurs pour cette nouvelle année s’ils veulent continuer à faire la fête…

* Enquête réalisée par Natixis en octobre et novembre 2019 dans 29 pays.
**Investissement actions dans des sociétés non cotées.

  • Télécharger la pièce jointe